FANDOM


Mémoire des images réanimées d'Alsace (MIRA) est une association fondée en 2006[1]. Elle fait suite au travail de recherche mené par Odile Gozillon-Fronsacq, qui a soutenu une thèse sur l'histoire du cinéma en Alsace. L'association œuvre pour la collecte, la préservation et la valorisation des films amateurs, inédits et professionnels en Alsace, dans l'objectif de créer une cinémathèque régionale, élément culturel qui manquait jusque-là à la région. MIRA est aussi un pôle documentaire pour les films en rapport avec la région. Pour cela, elle peut compter sur la participation de passionné(e)s via le Cercle de Amis de la cinémathèque régionale.
Fichier:Logo de MIRA.jpg
L'association MIRA fait partie du réseau européen INÉDITS, qui regroupe de nombreuses cinémathèques, institutions et associations européennes mais aussi des chercheurs, des documentalistes et des cinéastes de toute l'Europe, et s'intègre à des projets interrégionaux de valorisation des films amateurs.

Historique Modifier

L'Alsace est une région à forte identité, fruit d’une histoire particulièrement tourmentée, dont le cinéma, amateur comme professionnel, est un témoin privilégié.

Pourtant, contrairement à la Bretagne ou à la Corse, l'Alsace ne possède pas de cinémathèque pour valoriser son patrimoine audiovisuel, qui reflète les événements marquant du XXe siècle. En 2006, plusieurs historien(ne)s et personnes attachées au cinéma amateur et au patrimoine audiovisuel en général décident de se fédérer autour de la création de l'association MIRA, initiée par Odile Gozillon-Fronsacq et Christiane Sibieude[1].

Entre 2009 et 2013, l’association lance plusieurs campagnes d'information et de sensibilisation pour le public sur la préservation des films amateurs alsaciens[3].

Entre 2013 et 2016, la structure se professionnalise et devient, petit à petit, un véritable centre de ressources documentaires et un point d'information essentiel dans le domaine du cinéma amateur en Alsace et, d'une façon générale, pour les films en rapport avec l'Alsace.

MIRA participe également activement à deux projets interrégionaux : RhinFilm entre 2012 et 2015 et RhInédits entre 2018 et 2021.

Fichier:Carte faisant un appel à film de MIRA.jpg

Les objectifs de MIRA Modifier

MIRA donne la priorité aux films sur pellicule (formats 35 mm, 9,5 mm, 16 mm, 8 mm, Super 8, etc.) car ce sont des documents historiques très précieux mais très fragiles. Existant en exemplaires uniques, ces films sont menacés de destruction quand le projecteur, indispensable à leur visionnage, tombe en panne. MIRA est attachée à trois grands objectifs pour les films sur l'Alsace ou réalisés par des Alsaciens : la collecte, la préservation et la valorisation des films[5].

La collecte des films Modifier

MIRA cherche à collecter un maximum de films alsaciens ou sur l'Alsace, afin de permettre au grand public, aux chercheurs et aux professionnels d'aborder l'histoire régionale à travers celle des anonymes. Pour cela, l'association s'intéresse aussi bien aux films de famille qu'aux films professionnels « inédits » c'est-à-dire à diffusion limitée : films d’entreprise (techniques, publicitaires…), fictions amateur, films d'éducation, films de ciné-clubs, d’associations sportives, de municipalités...

L'association repose sur la participation des particuliers, des entreprises ou des collectivités qui lui confient leurs fonds[1].

La préservation des films Modifier

La préservation des films s'articule autour de deux étapes :

L'inventaire des films Modifier

En effet, dresser la liste des films est essentiel pour connaitre les réalisateurs, le nombre de films, leur format, leur support et leur contenu. L'inventaire permet une recherche plus précise dans les différentes collections (lieu, période, genre).

La numérisation des pellicules Modifier

Malheureusement, le coût important de cette opération de sauvegarde nécessite un choix, une sélection dans les films. Le choix s'effectue selon plusieurs critères dont l'utilité historique, la qualité d'image ou l'originalité/rareté du contenu. La numérisation permet d'avoir une excellente qualité d'image lorsque la bobine n'est pas ou peu endommagée. On notera que les techniques de numérisation progressent sans cesse, et que le recours au film original permet une nouvelle digitalisation de meilleure qualité.

La valorisation des films Modifier

Les films sont mis à disposition des étudiants et chercheurs, pour qu'ils puissent avoir accès à des sources encore trop peu exploitées, mais également des professionnels de l'images, des collectivités et des médias. De plus, MIRA participe à la création d'expositions en réalisant des montages à partir des images collectées (par exemple l'exposition Laboratoire d'Europe, Strasbourg 1880-1930, qui s'est tenue au Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg du 23 septembre 2017 au 25 février 2018). MIRA participe également à des conférences (Rencontre des Inédits d'Europe du 23 au 25 novembre 2017 à Strasbourg) et organise des projections publiques.

Le projet RhInédits (2018-2021) vise également la valorisation du film amateur à une échelle supra-régionale[6].

Fonctionnement de l'association Modifier

Les films sont soumis au droit d'auteur. De ce fait, MIRA peut faire l'inventaire des films et les regarder (avec autorisation du propriétaire) mais demande la cession des droits d’utilisation des images préalablement à leur numérisation. En effet, c'est un procédé qui coûte très cher et la possibilité de vendre des images pour amortir le coût est nécessaire. Après numérisation, une copie et les originaux sont rendus (sauf mention contraire sur la convention de cession de droits) et les films numérisés sont intégrés à la banque d'images mise à disposition des chercheurs, étudiants, réalisateurs et toutes autres personnes intéressées par des images sur l'Alsace.

L'association a un accord avec les Archives départementales du Bas-Rhin : elle leur confie les originaux que les propriétaires ne veulent pas conserver, assurant ainsi une préservation optimale des films.

Equipe Modifier

L'équipe actuelle de l'association se compose de cinq membres[1] :

  • Christiane Sibieude, présidente de MIRA, ancienne responsable du développement de la communication au Pôle Formation de la CCI de Strasbourg.
  • Odile Gozillon-Fronsacq, historienne spécialiste de l'histoire du cinéma en Alsace et chef de projet à MIRA.
  • Marion Brun, documentaliste responsable de la gestion de la base de données DIAZ depuis 2011.
  • Laura Cassarino, chargée de communication et des partenariats, manager du projet RhInédits depuis 2018.
  • Sophie Desgeorge, ethnologue et cameraman de formation et réalisatrice de films.
Fichier:Table ronde durant la 27ème rencontre des Inédits.jpg

MIRA et le réseau INÉDITS Modifier

MIRA fait partie du réseau européen INÉDITS. C'est une association, fondée en 1991 par André Huet[3], qui rassemble aujourd'hui un grand nombre d'associations, d’institutions, de particuliers et d’universitaires de nombreux pays d'Europe (essentiellement de France, de Grande- Bretagne, d'Italie, du Luxembourg, de Monaco, des Pays-Bas et de République Tchèque). En 2017, la rencontre annuelle de l'association a été organisée à Strasbourg, du 23 au 25 novembre. Ce colloque est le fruit d’une collaboration entre MIRA, l’Université de Strasbourg et son programme de recherche ERC Body Capital, le projet européen EntreLacs de la Cinémathèque des Pays de Savoie et de l’Ain, et l’association INÉDITS.

Les projets interrégionaux Modifier

Depuis sa création, MIRA s'intègre dans des projets de recherche, de rédaction et de création à l'échelle du Rhin Supérieur.

Le projet RhinFilm Modifier

Projet piloté par l'Université de Strasbourg en partenariat avec MIRA, la Haus des Dokumentar de Stuttgart et l’Université de Heidelberg[7], il a pour objectif d'étudier les films amateurs et inédits de tous genres en provenance du Rhin Supérieur. Le projet a duré trois ans (2012-2015) et a abouti notamment à la publication d'un ouvrage collectif sur le cinéma amateur dans la région du Rhin Supérieur (Le pré-programme. Film d’enseignement, film utilitaire, film de propagande, film inédit dans les cinémas et archives de l’interrégion du Rhin supérieur, 1900 - 1970), en Français et en Allemand. Durant ce projet, trois cycles de projection bilangues ont été organisés, sur les thèmes suivants :

  • La vigne et le vin (printemps 2013)
  • La propagande (printemps 2014)
  • Pratiques et produits de santé (printemps 2015)

Plusieurs conférences scientifiques ont également été organisées dans le cadre de ce projet[7]. Projections et conférences ont eu lieu des deux côtés du Rhin et des actions pédagogiques se sont déroulées dans certaines écoles.

Le projet RhInédits Modifier

Ce projet s'inscrit dans la continuité du précédent. Prévu sur trois ans (2018-2021), le projet a pour objectif la mise en place d'une plateforme numérique. Les citoyens pourront y découvrir plus de 300 films amateurs issus de toute la région du Rhin Supérieur. Chaque séquence sera accompagnée d'un commentaire et de documents non-film permettant la compréhension des enjeux historiques et sociaux. L'Université de Strasbourg pilote ce projet en partenariat avec MIRA, la Hochschule d'Offenburg et la Haus des Dokumentar de Stuttgart.

Trois axes d'étude sont proposés[6] :

  • Frontières : guerres, construction européenne, circulation des biens et des personnes
  • Identités : patrimoine, folklore et tourisme
  • Le corps et la santé : sport, médecine et environnement

La contribution des habitants de la région est grandement sollicitée, notamment pour la collecte de films mais aussi pour l'écriture de l'histoire de ces films et de l'histoire personnelle des réalisateurs[6].

Bibliographie Modifier

Modèle:Biblio

Publication liée au projet RhinFilm Modifier

  • Erreur de script Christian Bonah, Alexandre Sumpf, Philipp Osten, Gabriele Moser, Tricia Close-Koenig et Joël Danet (éd.), Le pré-programme. Film d’enseignement, film utilitaire, film de propagande, film inédit dans les cinémas et archives de l’interrégion du Rhin supérieur, 1900 - 1970, Strasbourg, Rhinfilm, 2015, 367 p. (ISBN 978-2-9553536-0-8) [lire en ligne]
  • Modèle:De Christian Bonah, Alexandre Sumpf, Philipp Osten, Gabriele Moser, Tricia Close-Koenig et Joël Danet , Das Vorprogramm. Lehrfilm / Gebrauchsfilm / Propagandafilm / unveröffentlichter Film in Kinos und Archiven am Oberrhein 1900–1970, Heidelberg, Rhinfilm, 2015, 367 p. (ISBN 978-3-00-049852-7) [lire en ligne]

Publication d'Odile Gozillon-Fronsacq sur le cinéma professionnel et amateur en Alsace Modifier

Monographies Modifier

  • Odile Gozillon-Fronsacq, Le cinéma comme instrument de francisation de l'Alsace après la première guerre mondiale, Strasbourg, Université de Strasbourg II (Mémoire de maîtrise en histoire de l'art), 1991, 74 p.
  • Odile Gozillon-Fronsacq, Alsace cinéma : cent ans d'une grande illusion, Strasbourg, La Nuée bleue, 1999, 142 p. (ISBN 2-7165-0363-X)
  • Odile Gozillon-Fronsacq, Cinéma et Alsace : stratégies cinématographiques (1896-1939), Paris, Association française de recherche sur l'histoire du cinéma, 2003, 447 p. (ISBN 2-913758-04-5)

Articles Modifier

  • Odile Gozillon-Fronsacq, « Le regard d'Alex », dans Les saisons d’Alsace, n°4, Strasbourg, Editions Dernières Nouvelles d’Alsace, Automne 1999, p. 56-61 Modèle:ISSN
  • Odile Gozillon-Fronsacq, « La naissance du cinéma en Alsace », Les saisons d’Alsace, n°51, Strasbourg, Editions Dernières Nouvelles d’Alsace, Printemps 2012, p. 5-11 Modèle:ISSN
  • Odile Gozillon-Fronsacq, « La guerre des images », dans Les saisons d’Alsace, n°51, Strasbourg, Editions Dernières Nouvelles d’Alsace, Printemps 2012, p. 22-23 Modèle:ISSN
  • Odile Gozillon-Fronsacq, « La première production mondiale : le cinéma amateur », dans Les saisons d’Alsace, n°51, Strasbourg, Editions Dernières Nouvelles d’Alsace, Printemps 2012, p.110-111Modèle:ISSN
  • Odile Gozillon-Fronsacq, « Les petits écrans d’Alsace », dans Les Saisons d’Alsace, n°68, Strasbourg, Editions Dernières Nouvelles d’Alsace, Printemps 2016, p. 104-111Modèle:ISSN

Documentaires sur le cinéma en Alsace réalisés par Odile Gozillon-Fronsacq Modifier

  • « Kinnes », en collaboration avec Georges Drion, 1996 : histoire du cinéma en Alsace des origines à 1939
  • « Images réanimées », en collaboration avec Georges Drion, 2003 : enquête sur la fête Dieu de Geispolsheim
  • « L'Alsace, une histoire européenne : les années 50 », en collaboration avec Gabriel Goubet, 2005

Autres articles sur le cinéma en Alsace Modifier

  • Stéphane Laurent, « Filmer en Alsace », dans Les saisons d’Alsace, n°25, Strasbourg, Editions Dernières Nouvelles d’Alsace, Hiver 2004, p.96-97Modèle:ISSN

Articles annexes Modifier

Liens externes Modifier

Références Modifier

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Erreur de script
  2. Mira, Mémoire des Images Réanimées d'Alsace sur www.miralsace.eu. Consulté le 2018-08-21
  3. 3,0 et 3,1 Erreur de script
  4. Mira, Mémoire des Images Réanimées d'Alsace sur www.miralsace.eu. Consulté le 2018-08-21
  5. Erreur de script
  6. 6,0, 6,1 et 6,2 Erreur de script
  7. 7,0 et 7,1 Le pré-programme. Film d’enseignement, film utilitaire, film de propagande, film inédit dans les cinémas et archives de l’interrégion du Rhin supérieur, 1900 - 1970, {{{prénom1}}} {{{nom1}}}, RhinFilm, {{{année}}}, ISBN978-2-9553536-0-8

portail|cinéma|Alsace Catégorie:Culture alsacienne Catégorie:Cinémathèque Catégorie:Association ou organisme lié au cinéma